Forêts et forestiers dans la Grande Guerre

EXPOSITION –  Commande de l’Office National des Forêts, cette exposition porte un éclairage rare sur le très lourd tribut payé par les forêts et forestiers français tout au long des quatre années de conflit. Composée de 6 panneaux historiques et pédagogique, l’exposition a été accrochée en plein air sur les grilles du Sénat à Paris, et diffusée en interne sur les sites ONF. 

[Extraits]

Le couvert forestier du territoire et la ressource en bois furent des éléments cruciaux de la défense française dont l’organisation fut pensée à la fin du XIXème siècle. La richesse forestière allait devenir un outil stratégique et tactique de premier plan.

Pendant toute la durée du conflit, les forêts françaises du front comme de l’intérieur seront mises à rude épreuve. Ouvrages de défense, traverses de chemin de fer, bois de chauffage et de cuisine, aviation… les besoins en bois de l’armée sont considérables et concernent de nombreuses espèces.

Si les approvisionnements en bois n’ont pas mis en péril la richesse forestière nationale, les dégâts provoqués sur la ligne de bataille s’avèrent spectaculaires : minées, meurtries, parfois complètement détruites, les forêts paient un lourd tribut à la guerre menée par les hommes, avec 50.000 hectares complètement rasés. 

Ma mission : conception éditoriale et production des contenus, documentation et recherche iconographique (fonds photographiques ONF, BNF, BDIC et ECPAD)

Source image : BDIC (Popote dans le camp – Bois de Kerbholz – 19 juin 1915)